Quels sont les 4 services de santé ?

Il existe quatre niveaux de soins de santé : les soins primaires, les soins secondaires, les soins tertiaires et les soins quaternaires. Les prestataires de soins primaires évaluent et diagnostiquent les affections, administrent un traitement de base et orientent les patients vers un niveau de soins supérieur. Ces niveaux de soins peuvent être plus ou moins intensifs, en fonction de la gravité et de la complexité de l’état du patient. Par exemple, les prestataires de soins primaires peuvent traiter une blessure ou prévenir une maladie avant qu’elle ne se transforme en affection grave.

Comme son nom l’indique, les soins primaires concernent les problèmes de santé courants. Il s’agit notamment d’affections aiguës qui ne devraient pas avoir d’effets à long terme, comme une blessure à la cheville sur le terrain de basket. Lors d’une visite chez un médecin de soins primaires, le clinicien écoute le patient et gère ses soins, en assurant la coordination avec d’autres prestataires de soins et en assumant la responsabilité permanente de la santé du patient. En outre, les prestataires de soins primaires sont souvent le premier point de contact des patients lorsqu’ils ont des questions ou des préoccupations.

Un praticien de soins primaires fournit des soins de santé complets aux patients, sans tenir compte des systèmes organiques ou de l’étiologie des problèmes. Ils assurent également l’éducation et le conseil des patients, diagnostiquent et traitent les maladies courantes, et orientent les patients vers d’autres services si nécessaire. En fournissant ces soins, les médecins de soins primaires réduisent la charge du système de santé publique en diminuant le nombre d’hospitalisations et le recours aux soins secondaires et tertiaires. Les avantages des soins primaires vont au-delà de la qualité des soins et de l’efficacité pour le patient.

La qualité des services de soins primaires est influencée par un certain nombre de facteurs. Il est fortement recommandé de demander l’avis d’un prestataire de soins primaires, de préférence un prestataire qui travaille dans ce domaine depuis plusieurs années. Les prestataires de soins primaires devraient travailler en collaboration avec d’autres prestataires de soins de santé pour améliorer les résultats en matière de santé. La qualité des services de soins primaires doit être suffisamment élevée pour réduire le besoin d’orientation vers des soins spécialisés et d’hospitalisation. Vous aurez plus de chances de recevoir les meilleurs soins dans votre région si vous consultez un prestataire de soins de santé de confiance.

Les soins primaires sont généralement le premier endroit où une personne se rend pour recevoir des soins de santé. Les soins secondaires orientent les patients vers des spécialistes pour un diagnostic ou un traitement plus spécifique. Ces spécialistes peuvent être des médecins ou d’autres professionnels de la santé. Les soins quaternaires sont une extension des soins secondaires.

Les soins secondaires sont le niveau de soins le plus courant, tandis que les soins quaternaires sont le niveau le plus avancé. Les prestataires de soins primaires fournissent des évaluations, des diagnostics et des traitements, et orientent les patients vers le niveau de soins suivant. Les prestataires de soins quaternaires fournissent des traitements spécialisés aux patients qui ne peuvent bénéficier des soins standard. Certains peuvent même mener des essais de nouveaux médicaments et traitements qui n’existent pas encore. Ce type de soins n’est pas disponible dans tous les hôpitaux, mais il est souvent nécessaire lorsque les soins conventionnels ont échoué.

Contrairement aux soins primaires, les soins quaternaires impliquent des procédures de diagnostic et de traitement spécialisées et avancées. Ils se distinguent des soins tertiaires, qui sont généralement dispensés dans un centre médical universitaire ou un hôpital privé. Les soins quaternaires sont rares et coûteux, et tous les hôpitaux ou centres médicaux ne les proposent pas. En outre, certains hôpitaux ne fournissent que certains types de soins. D’autres hôpitaux peuvent se spécialiser dans le traitement de systèmes spécifiques du corps, comme les maladies cardiovasculaires.

Télésanté

Avec la popularité croissante de la télésanté, il n’est plus nécessaire de se rendre au bureau d’un prestataire de soins pour obtenir des soins médicaux. La télésanté peut être la solution pour ceux qui ont besoin d’un traitement mais ne peuvent pas se rendre à temps dans une clinique. La télémédecine peut contribuer à améliorer la communication entre les membres de l’équipe soignante et à améliorer l’autogestion des soins de santé. Certains services de télésanté permettent même d’organiser des réunions ou des séminaires de soutien par les pairs, sans avoir à se rendre physiquement au bureau.

Bien que la télésanté présente de nombreux avantages, on ne sait pas encore très bien dans quelle mesure elle fonctionne. Aux États-Unis, 76 % des hôpitaux disposent désormais d’un service de télésanté. Et si presque tous les programmes Medicaid des États couvrent les services de télésanté, les payeurs privés n’ont pas autant adopté cette technologie. Malheureusement, Medicare est à la traîne dans l’adoption des services de télésanté. En fait, Medicare n’a récemment couvert la télésanté que pour certaines maladies et a étendu le paiement aux cliniciens pour les contrôles virtuels. Mais ce n’est qu’un pas en avant.

Certaines de ces innovations contribuent déjà à réduire les coûts. La surveillance à distance des événements cardiaques est possible grâce à l’innovation en matière de dispositifs médicaux. L’approbation récente par la FDA d’un capteur d’artère pulmonaire a rendu possible la surveillance à distance de la fréquence cardiaque. Les cardiologues pourront ainsi traiter les patients sans se rendre à la clinique. Certains prestataires de soins de santé pensent que la télésanté va remplacer les relations infirmières-patients. Cependant, les avantages sont bien plus importants que les risques. Il est déjà possible de traiter une maladie grâce à la télésanté, c’est pourquoi la Society for Human Resource Management enco